ArcticNet - ArcticNet Research Phase II

Phase 4 (2015-2018)

Géomicrobiologie arctique et changements climatiques

Directeur(s) de projet

Rysgaard, Soren

Ce projet est motivé par le besoin de mesurer et de comprendre les effets de la glace de mer et de sa couverture de neige sur le transport vertical se produisant entre l'océan Arctique et l'atmosphère. On pense maintenant que l'eau sursalée, composante de base de toute glace de mer dont les propriétés chimiques et physiques varient énormément dans le temps et l'espace, dirigerait les processus contrôlant les couloirs de contaminants chimiques et l'échange des gaz à effet de serre dans les eaux polaires. Par exemple, pendant la période hivernale d'augmentation de la glace de mer, du carbonate de calcium peut se former dans la glace de mer, libérant du dioxyde de carbone (CO2) qui se dissout dans l'eau sursalée. De l'eau sursalée contenant le CO2 dissout est rejetée de façon variable de la glace de mer en croissance, descendant potentiellement dans les profondeurs de l'océan et séquestrant le CO2 de l'atmosphère. Des résultats originaux seront obtenus grâce à des expériences à petite échelle réalisées en laboratoire « froid », des expériences dans des réservoirs de glace au Sea Ice Experimental Research Facility (SERF) de l'Université du Manitoba et des études sur le terrain in situ. Il est primordial de déterminer la quantité, le moment et le devenir de l'eau sursalée rejetée de la glace de mer à partir de ses surfaces supérieure et inférieure pour s'assurer que ces processus d'importance planétaire qui se déroulent à de très petites échelles sont adéquatement pris en compte dans les modèles climatiques utilisés pour conseiller l'élaboration ou la modification de politiques. Contribue aux IRIS 1, 2 et 3